Les résultats escomptés

Le projet InterAlpes vise à développer l’intermodalité du fret au passage des Alpes franco-italiennes. Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir une approche globale et de prendre en compte les équipements intermodaux et infrastructures de transports existants ou programmés (comme la plateforme de Grenay dans l’Est lyonnais), mais également et surtout les services, qui constituent aujourd’hui les premiers leviers à actionner pour développer l’intermodalité.

Le projet InterAlpes s’inscrit dans une temporalité bien précise : entre aujourd’hui et l’ouverture du tunnel de base, ce qui représente un laps de temps d’une dizaine d’années. Ainsi, dans un souci de proposer des solutions qui soient opérationnelles rapidement, le projet InterAlpes proposera majoritairement des services, visant à développer l’intermodalité pour le transport de marchandises.

Ces services fiables et performants concerneront les trois grands axes qui alimentent les relations France / Italie :

-    Région lyonnaise <=> Italie,
-    Espagne <=> Italie,
-    Nord de la France, de l’Europe <=> Italie.

Ces services doivent associer les différentes techniques d’intermodalité que l’on connaît actuellement :

-    Le ferroviaire (sous toutes ses formes : traditionnel, wagon isolé, autoroute ferroviaire, transport combiné, etc. La nouveauté pourrait résider dans le fait d’associer ces différentes techniques dans de mêmes trains, afin de massifier les flux) ;
-    Le fluvial via le Rhône puis le ferroviaire via le Mont-Cenis historique;
-    Le maritime entre le centre de l’Espagne et le centre de l’Italie ;
-    Etc. 

A terme, le projet InterAlpes proposera trois ou quatre projets clé en main, prêts à être mis en œuvre dès 2015, visant à développer l’intermodalité pour le transport de marchandises entre la France et l’Italie. Ces projets seront calibrés d’un point de vue économique et environnemental mais également juridique et organisationnel. 

En plus de ces projets clé en main, InterAlpes vise à contrôler, sur la base des données franco-italiennes comparables, les flux de marchandises et de voyageurs le long des traversées des Alpes, permettant une meilleure capacité de réaction des acteurs publics et privés face aux différents flux et modes de transport.