Les origines du projet InterAlpes

Les transports ont constitué, dès l'origine, l'un des thèmes majeurs de l’activité et des réflexions de la C.A.F.I.. Cela a conduit, en 2003, à la constitution d’un Laboratoire des Transports et, au cours des années 2006-2008, à la mise en œuvre (en partenariat avec l’Assemblée des Pays de Savoie, la Région autonome de la Vallée d’Aoste, le Sivom Pays du Mont Blanc) du projet Alcotra «Observatoire Transfrontalier du Trafic Transalpin – OTTT».

Suite aux résultats obtenus par l’OTTT et face à la croissance des échanges entre la France et l’Italie, les membres de la C.A.F.I., sont convaincus que les politiques publiques en matière de réglementation, de tarification, d’affectation des ressources et de fiscalité du transport de marchandises doivent impérativement être élaborées de manière coordonnée sur l’ensemble de l’Arc alpin et selon une démarche de concertation impliquant les collectivités locales et les acteurs économiques directement concernés.

Forte de cette conviction, la C.A.F.I. a accueilli avec enthousiasme l’initiative de la Confindustria Piemonte de mettre en place un nouveau projet sur le thème du report modal pour le présenter dans le cadre du programme ALCOTRA.
L’évolution du partenariat a conduit de manière assez logique à impliquer l’homologue de la Confindustria Piemonte en Région Rhône-Alpes (l’IPRA, opérateur du MEDEF Rhône-Alpes). InterAlpes répond particulièrement aux enjeux de développement des entreprises représentées par la Confindustria Piemonte et l’IPRA. L’optimisation de la mobilité des marchandises que le projet favorisera est une des conditions majeure à la compétitivité des entreprises de Rhône-Alpes et du Piémont et constitue un des éléments de l’attractivité de ces régions pour les investisseurs.

De plus, les comités créés des deux côtés de la frontière pour soutenir les grands axes de communication du territoire franco-italien (Comitato Transpadana et Comité pour la Transalpine) ont également été sollicités. Ils travaillent depuis des années sur l’intermodalité au travers de la promotion de la nouvelle liaison Lyon - Turin. Les solutions concrètes d’InterAlpes pour développer l’intermodalité dès à présent contribueront au succès de la nouvelle ligne ferroviaire entre Lyon et Turin, dédiée au report modal.

En résumé, il s’agit donc d’un projet :

  • qui a mûri depuis plusieurs années,
  • qui est fortement soutenu par l’ensemble des collectivités locales NUTS III directement frontalières -et donc les parties prenantes du Programme ALCOTRA,
  • qui associe des partenaires privés pour aboutir à des résultats concrets bénéfiques pour l’ensemble de l’économie de la zone concernée,
  • qui vise à diminuer la part du transport routier de marchandises au passage des Alpes franco-italiennes.